LA PASSION SELON SAINT JEAN

Damien Guillon nous livre une Passion qui semble tout droit sortie de l’extraordinaire et pourtant si modeste fabrique de Jean-Sébastien à Leipzig. Une authenticité troublante.

Comment se représenter l’extraordinaire fabrique de musique religieuse qu’était l’église Saint-Thomas de Leipzig à l’époque de Jean-Sébastien Bach ?
Pas si extraordinaire en vérité. D’après les renseignements venus jusqu’à nous, les forces à la disposition du Cantor n’étaient pas si abondantes : un chœur d’enfants, une douzaine d’adultes, huit instrumentistes professionnels que venaient compléter quelques étudiants de l’Université. Mais le niveau des cantates de Bach suggère que l’ensemble était d’un bon niveau.

En tout cas, c’est dans cet effectif qu’a choisi de travailler Damien Guillon, à la tête de la maîtrise de Bretagne, du Chœur de chambre Mélisme(s) et du 
Banquet Céleste, afin de nous ramener par la pensée et par l’oreille à ce que put être la première exécution de la Passion selon saint Jean durant la semaine sainte de 1724 à Leipzig. Une conception intimiste qui n’en mettra pas moins en lumière la dimension monumentale de cette Passion qui représente un sommet de la pensée de Bach autant que de sa ferveur religieuse.
L’architecture, fondée sur l’alternance de la narration et de la prière, est d’une modernité que Damien Guillon veut souligner tout en prenant le parti de l’authenticité historique avec ses musiciens du Banquet Céleste, en résidence à l’Opéra de Rennes depuis trois ans.

Distribution

Le Banquet Céleste Direction Damien Guillon

Evangéliste, Thomas Hobbs

Jésus, Benoît Arnould

Soprano, Céline Scheen

Alto, Paul-Antoine Benos-Djian

Ténor, Nicholas Scott

Basse, Tobias Berndt


Maîtrise de Bretagne  Direction Jean-Michel Noël

Chœur de chambre Mélisme(s)  Direction Gildas Pungier

Direction musicale  Damien Guillon

Réserver vos places

Nantes
mar
mardi 26
20:00 Nantes