Biographies San Giovanni Battista

DAMIEN GUILLON
DIRECTION MUSICALE

Damien Guillon débute son apprentissage musical à la Maîtrise de Bretagne dirigée par Jean-Michel Noël. Il poursuit sa formation au sein de la Maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles, dirigée par Olivier Schneebeli. Il y perfectionne sa technique vocale et approfondit ses recherches sur l’interprétation de la musique ancienne auprès de professeurs reconnus tels Howard Crook, Jérôme Corréas, Alain Buet, Noëlle Barker. En 2004, il est admis au sein de la Schola Cantorum Basiliensis pour y suivre l’enseignement du contre-ténor Andreas Scholl. Parallèlement à sa pratique vocale, Damien Guillon étudie l’orgue et le clavecin, et obtient les Premiers prix de basse continue et de clavecin au Conservatoire de Boulogne-Billancourt. Ses qualités vocales et musicales lui valent d’être régulièrement invité à se produire sous la direction de chefs aussi renommés que William Christie, Jérôme Corréas, Vincent Dumestre, Bernard Labadie, Jean-Claude Malgoire, Hervé Niquet, Philippe Pierlot, Christophe Rousset, Jordi Savall, Masaaki Suzuki, Hans-Christoph Rademann, François-Xavier Roth et Philippe Herreweghe avec qui il mène une étroite et intense collaboration musicale.
Il parcourt ainsi un vaste répertoire, des Songs de la Renaissance anglaise aux grands oratorios et opéras de la période baroque : Passion selon Saint Jean, Messe en si mineur, Messes luthériennes, Oratorio de Noël, Cantates pour alto solo de J.S. Bach, Messie de G.F. Händel, King Arthur et Didon et Énée de H. Purcell. Il a pris part à plusieurs productions scéniques parmi lesquelles on peut citer Athalia de Händel sous la direction de Paul McCreesh à Ambronay, Teseo toujours de Händel à l’Opéra de Nice et au Festival de Beaune, Il Ritorno d’Ulisse de C. Monteverdi au Théâtre de La Monnaie de Bruxelles et Giulio Cesare (Tolomeo) au Théatre de Caen ou Il Sant’Alessio de Landi avec William Christie et Les Arts Florissants..
Outre son activité de chanteur, Damien Guillon, reconnu comme chef d’orchestre, est invité à diriger La Maddalena ai piedi di Cristo de A. Caldara avec l’ensemble Les Musiciens du Paradis ainsi qu’avec son ensemble Le Banquet Céleste à l’Opéra de Rennes, le Magnificat de J.S Bach avec l’ensemble Café Zimmermann et le Choeur de chambre de Rouen, ainsi que le Collegium Vocale Gent au Festival de Saintes dans un programme de cantates de J.S Bach à l’invitation de Philippe Herreweghe ou encore Acis et Galatea de Handel en version scénique au Centre Lyrique d’Auvergne, à l’Opéra d’Avignon, l’Opéra de Rennes et Festival de La Chaise Dieu ainsi que des concerts à l’Opéra de Rennes et au Festival de Beaune.
En 2009, il fonde Le Banquet Céleste, ensemble avec lequel il effectue un travail minutieux sur le répertoire baroque, fédérant autour de sa personnalité une équipe de solistes vocaux et instrumentaux de grand talent.
Au sein d’une discographie déjà riche, citons les dernières collaborations avec Zig-Zag Territoires pour un récital consacré à John Dowland aux côtés du luthiste Eric Bellocq, recevant notamment le Prix Alfred Deller de l’Académie du Disque Lyrique, suivi d’un disque remarqué des Cantates pour Alto solo de J.S Bach. En février 2016 parait un nouvel enregistrement du Nisi Dominus de Vivaldi et du Psaume 51 de J.S. Bach avec Le Banquet Céleste.

 

VINCENT TAVERNIER
MISE EN SCÈNE

Vincent Tavernier a réalisé plus de 100 productions, pour les scènes et dans les genres les plus variés. Au théâtre, il a prouvé sa prédilection pour le théâtre baroque, et plus particulièrement Molière dont il a monté dix comédies et comédies-ballets. De très nombreuses réalisations scéniques, dont plusieurs créations contemporaines, illustrent son goût pour l’opéra et le théâtre musical. Il a ainsi collaboré entre autres avec Hervé Niquet, Nicolas Chalvain, Hugo Reyne, Paul Agnew, Benjamin Lévy, François Lazarevitch, Claire Marchand, Jérôme Corréas, ou Toni Ramon avec la Maîtrise de Radio-France. Créateur en 1989 des Malins Plaisirs à Montreuil-sur-Mer, Vincent Tavernier y a développé une programmation consacrée à l’opéra, au théâtre et à la musique dans le goût français. La Compagnie produit et diffuse ses mises en scène, et développe un festival d’été, Les Malins Plaisirs, et un festival d’hiver au
Touquet, Les Nuits baroques. Il a par ailleurs répondu à plusieurs commandes de livrets et adaptations, s’est régulièrement produit en tant que récitant. Il développe une collaboration artistique plus particulière avec la chorégraphe baroque Marie-Geneviève Massé et sa compagnie l’Eventail. Commencée par Don Quichotte chez la Duchesse de Boismortier, elle s’est poursuivie avec les Fâcheux de Molière, l’Amour médecin, de Molière et Lully, le Ballet de l’Amour malade (Lully) et le Ballet des Arts (Lully). En 2011, il a réalisé avec les Malins Plaisirs la comédie-ballet Monsieur de Pourceaugnac de Molière et Lully aux Nuits baroques du Touquet (Dir. mus. Fr. Lazarevitch, chor. M.-G. Massé). Le spectacle a tourné depuis en France - Opéras de Reims, Atelier Lyrique de Tourcoing, Opéra de Rennes, Opéra de Massy, jusqu’en 2015. Il a ensuite mis en scène La belle Hélène d’Offenbach pour les Opéras suisses de Bienne et Soleure, reprise en novembre 2012 à l’Opéra de Rennes et en tournée. Toujours en 2012, il reprend Le Roman de Renart, opéra d’enfants de Coralie Fayolle (Dir. mus. Cl. Marchand). L’Opéra de Rennes l’a sollicité pour La Princesse jaune de Saint-Saëns. Avec Marie-Geneviève Massé, il a réalisé Renaud et Armide, et Jason et Médée (Opéra Royal de Versailles et Opéra-Comique), puis en février 2013, il a participé à la production de Dà Sola, la nouvelle création de l’Eventail. Pour l’Opéra d’Avignon et l’Opéra Royal de Versailles, il a mis en scène en mai 2014 Tancrède de Campra (dir. O.Schneebeli, chor. Fr. Denieau).
Avec les Malins Plaisirs, il a réalisé depuis l’été 2012 Le Médecin volant, de Molière, les Comédies en proverbes de Carmontelle et Les Fourberies de Scapin de Molière et La Foire Saint-Germain de Regnard. Il reprend en tournée Arlequin poli par l’amour de Marivaux et Monsieur de Pourceaugnac. Il a mis en scène en 2015 La Jalousie du Barbouillé de Molière, Le Guitarrero d’Halévy (pour les Frivolités Parisiennes), le Miroir de Cagliostro. Pour l’Opéra de Rennes il produit en 2017 les mises en scène des Amants magnifiques (Molière-Lully) et du Médecin malgré lui (Gounod) ; ce dernier spectacle a fait également l’objet d’une tournée en Bretagne en novembre et décembre 2017.

 

C L A I R E    N I Q U E T
Scénographie

Formée à l'ENSAAMA puis à l'ENSBA de Paris (atelier César), Claire Niquet travaille ensuite aux cotés d'Alain Roussel à la création d‘objets, de sculptures, de marionnettes, de décors et de costumes destinés à la publicité, au théâtre, au cinéma et à l'opéra.Elle travaille également dès lors pour différentes compagnies dont le trio Yépès, l'Olifant, la Compagnie Jeanne Heuclin - Dominique Houdart, le théâtre Du Frêne et « Les souffleurs ,commandos poétiques associés », Cie Voix-Off. Pour le Concert Spirituel (dir. Hervé Niquet), elle signe les costumes et les accessoires de Daphnis et Chloé de Boismortier et de la Cambiale di Matrimonio de Rossini. Pour Vincent Tavernier et les Malins Plaisirs, elle crée les décors de La Joie imprévue de Marivaux, On ne s'avise jamais de tout de Monsigny, Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux ,de l'Illusion comique de Corneille et de la puce à l oreille de G.Feydeau Pour le festival "Les Nuits baroques du Touquet", elle crée les décors de Monsieur de Pourceaugnac, comédie-ballet de Molière et des Fourberies de Scapin. Pour La Compagnie de danse baroque L'Eventail (dir. M.G. Massé), elle a conçu le dispositif scènique et une partie des costumes de deux ballets de cour, l’Amour malade et Le Ballet des Arts, de Lully, Les quatres Saisons de Vivaldi, Métamorphoses et Da Sola. Pour L'Opéra de Metz et Les Paladins (dir. J. Corréas), elle crée les décors de La fausse Magie de Grétry, Pour l'Opéra de Rennes, elle réalise les décors de Rita de Donizetti et Dolorès ou la Femme battue de Jolivet, de la Princesse jaune (Saint-Saëns) et de la Belle Hélène (en coproduction avec l'opéra de Biennes (CH)),du Petit Ramoneur (Benjamin Britten), ainsi que du Medecin Malgré Lui (Molière –Gounod). Pour l Opéra de Massy elle crée les décors de la comédie ballet «Les Amants Magnifiques », de Molière et Lully. Pour le CMBV elle crée les décors de « Baptiste ou l’Opéra des Farceurs »écrit et mis en scène par Vincent Tavernier. Pour l Opéra d’Avignon elle réalise la scénographie de Tancrède (André Campra)
 

Paul-Antoine BÉNOS-DJIAN
contre-ténor

Paul-Antoine Bénos-Djian donne ses premières représentations scéniques à l'âge de 10 ans.  Il poursuit sa formation vocale au sein de la maîtrise des Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles, puis il est admis à l'unanimité au Conservatoire National Supérieur de Paris.  Tout au long de sa formation musicale, il est amené à travailler auprès de nombreux artistes d'horizons divers (C. Rousset, H. Niquet, M. Piquemal, F Malgoire, J-P Drouet) et à se produire dans des lieux tels le Theater an der Wien, l'Opéra Royal et la Chapelle Royale de Versailles, l'Arsenal de Metz, l'Opéra d'Avignon, l'Opéra de Montpellier, l'Opéra de Massy, la fondation Louis Vuitton, les Universités de Lafayette et Bâton Rouge (USA).
Dans le cadre de ses études au Conservatoire de Paris, il se produit en tant que soliste sous la direction de Raphaël Pichon, Emmanuelle Haïm, Benoit Haller, Christophe Coin, Philippe Pierlot. Il y aborde le répertoire lyrique en incarnant le rôle d'Athamas dans Semele de Haendel.  Il collabore également avec des ensembles tels Les Cris de Paris, Les Lunaisiens, Les Musiciens du Paradis, La Tempesta, Les Cyclopes. Sensible à la diversité des répertoires, il rejoint les académies de musique ancienne de Sablé-sur-Sarthe et Royaumont respectivement ; il défend enfin le répertoire contemporain en créant la pièce Visage de Philippe Raynaud, et, tout récemment, une création pour trio de voix d'homme d'Isabelle Fraisse dans le cadre de l'émission "Alla Breve" diffusée sur Radio-France
En 2016, on peut l'entendre en soliste avec le Taylor Consort, dans les Canticles de Britten lors du 34ème Festival de musique de chambre d'Entrecasteaux, ou encore lors de la dernière édition du Festival de Sablé-sur-Sarthe en récital avec l'Ensemble Il Pomo d'Oro.  Et tout récemment, un récital de Lieder et mélodies dans le cadre de la saison Jeunes Talents au Petit Palais, à Paris, et une résidence Mozart à l'Académie du Festival d'Aix-en-Provence en juin 2017, où il a été nommé un des Lauréats HSBC 2017. Paul-Antoine est par ailleurs lauréat de la Fondation Meyer et a remporté le prix Grand-Avignon lors de la première édition du Concours Jeunes Espoirs de l'Opéra d'Avignon.
Plus récemment :  le rôle-titre de Rinaldo avec la Co[opéra]tive, avec un succès public et critique considérable, le Stabat Mater de Pergolèse à la Cathédrale de Nice avec Café Zimmermann et une série de concerts avec La Chapelle Rhénane. Parmi ses projets, Unulfo dans Rodelinda au Théâtre des Champs-Élysées avec Emmanuelle Haîm et Le Concert d'Astrée, Marte dans La Divisione del Mondo et Ottone dans Agrippina avec Christophe Rousset et Les Talens Lyriques, La Nuit des rois à la Comédie Française, et Nireno dans Giulio Cesare pour Opera North.

 

Alicia Amo

Alicia Amo commence ses études de violon, de ballet et de percussion classique au conservatoire Antonio de Cabezón (Burgos), et poursuit le violon au Conservatoire Supérieur Musikene (Pays Basque) où elle obtient en 2007 le diplôme de soliste avec les plus hautes distinctions. En 2008, elle commence le  Master en violon et ses études de chant à l´Universität für Musik  (Graz). Elle emménage à Bâle en 2009, où elle fait ses études de Bachelor et de Master en chant  à la Schola Cantorum Basiliensis auprès de Gerd Türk et d’Alessandro di Marchi entre autres, en obtenant avec 20/20 « La plus grande distinction ».
Elle reçoit des conseils de Christophe Coin, Eduardo López Banzo, Andreas Scholl, María Espada, Emma Kirkby, Rosa Domínguez, Carlos Mena, Richard Levitt, Ainhoa Garmendia, Ana Luisa Chova, Margreet Honig, Bernardette Manca di Nissa, etc. Au même moment, elle suit également des études de violon baroque et elle a fait partie des Operastudio auprès de Pablo Maritano (W.A.Mozart) et Alberto Zedda (Bel Canto).
Elle est lauréate (Premier Prix) du I Manhattan International Music Competition, du Concurso Internacional de Ópera “Mozart” de Granada, (Second Prix) du  VIII Concurso Internacional de Canto “Francesco Provenzale” (Nápoles), du rôle principal en Atelier Lyrique (Strasbourg), elle a été artiste en résidence dans le Festival de Ambronay, elle a reçu le prix Jóvenes Excelentes de Caja de Burgos, le Fonds Marie-Louise (Basilea), elle est finaliste du I Concurso Internacional de Ópera de Tenerife, du Chamber Music Competition Aberdeen et du XXIV Concours de Chant Clermont-Ferrand et est élue pour René Jacobs et Pedro Melmesdorff pour une premier dans la Fondazione Cini à Venise.
Elle se produit en tant que  soprano soliste avec de nombreux ensembles et orchestres dans toute l´Europe, tels que Kammerorchester Zürich, Café Zimmermann, Le Parlement de Musique, Ensemble Pygmalion, Vokalakademie Berlin, Orchestra di Camera di Lugano, Orquesta Sinfónica de Burgos, Orquesta Sinfónica de Bilbao (saison de Musique de Chambre), Orquesta Sinfónica de la Radio Televisión Española, La Cetra Basel, B’rock Orchestra, Orquesta Sinfónica de Reinach, Orquesta Barroca de Sevilla, etc. Elle chante  Le Nozze de Figaro de Mozart dans le rôle de Susanna (R. Jacobs, Royaumon-París), et elle se voit confier des rôles tels qu’Aspasia dans Alceste de Gluck (R. Jacobs, Ruhrtriennale Bochum et Festival d´Innsbruck),Algelo dans La Resurrezione de Händel (E. Onofri, Teatro de la Maestranza de Sevilla), Prima Grazia dans L´Orfeo de Rossi (R. Pichon, Opéra National de Nancy et Opéra Royal de Versailles),  Belinda dans Dido y Eneas de Purcell  (O. Gershensohn, Burgos),Nunzia dans La Liberazione de Ruggiero de Caccini (G. Paronuzzi, Basilea et Semperoper Dresde), Musica et Proserpina dans L’Orfeo de Monteverdi (S. Schwannberger, Hannover), Orasia dans Orpheus ou l’inextinguible soif de vengeance d’Orasia de Telemann (M. Gester, Strasbourg, Mulhouse, Spa y Offenburg), Gloria de Vivaldi (J. Cohen, Zurich), Angelo dans l´Oratorio di Natale de Lulier (R. Alessandrini, Basilea), le rôle principal féminin dans De lo humano… y divino (C. Mena, Teatro de la Zarzuela de Madrid), etc. Elle chante également dans divers récitals aux côtés  d´Opus Lírica, E. López Banzo et A. de Marchi.
Alicia Amo fonde l´ensemble Musica Boscareccia avec A. Mercero et son disque “Dulze Acento” dédié au personnage de F. Corselli est élu dans la Selection d´Ópera Actual et nominé aux prix ICMA. Elle aussi est professeur à l’ AIMAntiqua (Academia Internacional de Música Antigua), au Baroque OperaStudio de l´Université de Burgos et à l´ Academia de Canto Histórico de l´Université de Murcie.
Au niveau de son parcours violonistique, elle a été soliste et premier violon du Joven Orquesta Nacional de España (JONDE), Orquesta Sinfónica de Burgos, membre de la European Union Youth Orchestra (EUYO), Steirische Philarmonie de Graz, I Barocchisti (D.Fasolis), et elle a joué dans divers programmes en tant que violon tutti avec la Orquesta Sinfónica de Euskadi, Orquesta Barroca de Sevilla et Orquesta de la Radio Televisión Española.
Parmi ses prochains projets, on trouve la représentation de Siegfried de R.Wagner (rôle de Waldvogel) au Teatro Campoamor d´Oviedo,  Don Carlo de G.Verdi (rôle de Tebaldo) au Teatro Real de Madrid, Così fan tutte (rôle de Despina) avec l´Orquesta Sinfónica de Granada, la création d´El Mozo de Mulas  de Antonio José en tant que Doña Clara (Burgos), La Susanna de Stradella dans le rôle de Susanna (Genève), La Serva Padrona dans le rôle de Serpina (Klagenfurt), Mysteries of the Macabre de G.Ligeti avec l´ Orquesta Sinfónica de la Comunidad de Madrid, la 4ème  Symphonie de G.Mahler avec l´Orquesta de Euskadi, l’enregistrement  de  duos et solos de B. Ferrari aux côtés de C. Mena et ses débuts dans l´Auditorio Nacional de Madrid avec l’ensemble Musica Boscareccia (A. Mercero).

 

OLIVIER  DEJEAN
BASSE CHANTANTE

Olivier Déjean commence ses études de chant au Conservatoire de Montpellier dans la classe d'Andréa Guiot, puis de Françoise Pollet. Au conservatoire, il chante Enée dans Dido and Æneas de Purcell sous la direction d'Yvon Repérant ; et l’un des trois étudiants dans Der Jasager de Kurt Weill à l’Opéra de Montpellier en partenariat avec Opéra-Junior. Il entre ensuite au C.N.S.M de Lyon, dans la classe de Brian Parsons puis de Françoise Pollet. Il se produit dans divers rôles, dont John Sorel dans The Consul de Menotti.
Il intègre en suite l’Opéra-studio de l’Opéra National du Rhin en septembre 2008. Pendant deux ans il participe à de nombreux spectacles : Le Nozze di Figaro(rôle titre) pour le jeune Public ; Il Matrimonio Segreto de Cimarosa (Robinson) mise en scène par Christophe Gayral et dirigé par Roland Böer ; Richard III de Battistelli (Brackenburry/Rattcliff) mise en scène par Robert Carsen et dirigée par Daniel Klajner ;... Il travaille également avec les metteurs en scène : Olivier Deloeuil et Jean Philippe Clarac, Philippe Arlaud, André Engel, Mariame Clément ; ainsi que les chefs : Emmanuel Joel-Hornak, Roland Boër.
En juin 2011, il gagne le Prix homme au 11ème Forum lyrique international d'Arles. En juillet et en Novembre,  il chante le rôle de Polyphemus dans Acis and Galatea de Haendel, avec les musiciens du Parlement de musique (m.en s.: Carlos Harmuch/ dir: Martin Gester). En décembre et janvier 2012, il se produit à l'Opéra d'Avignon dans le rôle d'Antonio des Nozze di Figaro de Mozart (m en s: Christian Gangneron / dir :Olivier Schneebeli). Ce spectacle est repris à l'Opéra de Massy en mars/avril 2012. Dès lors Olivier Déjean reviendra chanter régulièrement à l'Opéra d'Avignon.
De janvier à juin 2013, Olivier Déjean a fait partie de la 1ère Académie de l'Opéra comique.  Il a chanté dans les spectacles de Cendrillon de Pauline Viardot, Marouf d'Henri Rabaud (m en s : Jérôme Deschamps / dir : Alain Altinoglu), ainsi qu'à tous les récitals « Rumeurs » de la saison. A la fin du mois d'octobre, il remporte avec la pianiste Marie Duquesnois, le prix « mélodie contemporaine » du Concours International de Mélodie française de Toulouse; puis il est Lucifer dans La Resurrezione de Haendel avec l'ensemble La Risonanza pour la clôture du Festival de Royaumont.
Puis en juillet 2014, il interprète Angelotti/Sciarrone dans Tosca au Festival les Nuits Musicales de Bazoches (dir : Alexandra Cravero). De décembre 2014 à février 2015, il est Crespel/Luther dans Les Contes d'Hoffmann dans les Théâtres de Piacenza, Modena, puis Reggio Emilia (m en s : Nicola Berloffa / dir : Christopher Franklin). En mai 2015, il chante le rôle de Bardolfo dans le Falstaff de Salieri au Théâtre d'Herblay ( dir: Inaki Encina Oyón ; m en s :Camille Germser). En Octobre, il obtient le 1er Prix Homme du Concours International de Vivonne.
En mai et en juillet 2016, il chante la Basse solo dans le Requiem de Mozart avec le Brussels Philharmonic et le Vlaams Radio Koor, sous la direction d’Hervé Niquet. Également en juillet, il est Sarastro dans La Flute Enchantée durant l’Académie Lyrique de Vendôme. En Aout, il est Hérode dans le San Giovanni de Stradella sous la direction d’Inaki Encina dans le cadre de l’Académie de Musique Ancienne du Périgord Noir, puis le concert est repris au Théâtre d'Herblay en novembre de la même année. En janvier dernier, il était Leporello dans le Don Giovanni de Nouvelle Troupe Lyrique dans sa tournée Corse (m en  s : Jean Daniel Senesi).  
Dans le répertoire sacré, il a notamment chanté: La Nelson-Messe de Haydn; le Requiem de Mozart; The Messiah de Haendel; La Petite Messe Solennelle de Rossini ; Messa di Gloria de Puccini ; Les Vêpres à la Vierge de Monteverdi ; Tous les rôles de Basse de La Passion selon Saint Jean de Bach.

Gaia Petrone
Mezzo-Soprano

 Formidable young mezzosoprano Gaia Petrone is a graduate of the prestigious Accademia di Santa Cecilia in Rome and the Royal Conservatory in The Hague. A first prize recipient at the Seventh International “F. Provenzale” Early Music Singing Competition and the Twelfth International “Valerio Gentile” Opera Competition.
Her professional career began when, while still a student, she performed the roles of Apollonia in La Canterina at the Festival dell'Intermezzo e dell'Opera buffa; Dorina in Latilla's La finta cameriera at the II Festivalatilla; and Lisetta in Haynd’s Il mondo della luna at the Teatro Bonci, Cesena.
She also performed the role of Tancredi Polidoro and Pastore in Scarlatti's Erminia with the Ensemble Il Concerto de' Cavalieri at the Centro di Musica Antica Pietà de' Turchini, Naples and created the roles of Pittura and Alinda in the world premiere of CavalliStradella's Il novello Giasone at the Valle d'Itria Festival in 2011.
In concert, she has performed Vivaldi's Gloria with the Gruppo d'Archi Veneto and with the Wiener Kammersymphonie at Vienna's Musikverein; Handel’ s Dixit Dominus; Vivaldi’s Magnificat; Bach’s Mass in B Minor under the baton of Marco Berrini and Schutz’ Musikalische Exequien conducted by Peter Neumann. She has also appeared in concert at
the Teatro Sociale in Rovigo and the Teatro Comunale de Vicenza with the Regionale Filarmonia Veneta, under the baton of Stefano Romani. Her discography includes a live recording of Haydn’s Il mondo della luna, released on Bongiovanni Records, and Czerny's transcription of Mozart's Requiem on Naxos. In 2015 she made her UK debut in Handel’s Messiah with the Royal Liverpool Philharmonic Orchestra under the baton of Nathalie Stutzmann.
In 2012, Gaia Petrone joined the young ensemble of Theater an der Wien and performed to great acclaim such roles as Clarina in La cambiale di matrimonio, Medoro in Orlando, Sibari in La Semiramide riconosciuta and Sesto in La Clemenza di Tito. In the winter of 2013/14 she made a star turning debut in the title role of Cenerentola: “The vocal highlight of the evening was Gaia Petrone. She sang an almost flawless Angelina, with nimble coloratura and a beautiful controlled, supple mezzo voice” (Die Presse) Shortly after this success she made her US debut as Rosina in Il Barbiere di Siviglia at Palm Beach Opera and appeared as Pisana in the Theater an der Wien production of I due Foscari with Placido Domingo and James Conlon. Recent engagements include Ippolita in Cavalli’s Elena at the AixenProvence Festival on tour; a return to La Cenerentola at Gothenburg Opera and Ursule in Berlioz’ Beatrice ed Benedicte in Toulouse. Engagements in the 2015/16 season include two productions at Theater an der Wien as Damigella in Monteverdi’s L’incoronazione di Poppea and Emilia in Rossini’s Otello, revivaled at the Teatro San Carlo in Naples. She has also sang in Cenerentola in Sweden; Abra in Juditha Triumphans in London with The King’s Consort; Ramise in Haendel’s Arminio in Karlsruhe under Petrou; Proserpina in Monteverdi’s L’Orfeo in Cremona under Ottavio Dantone with Accademia Bizantina orchestra; Il Viaggio a Reims (Maddalena) at the Teatro dell’Opera in Rome; Meyerbeer’s Margherita d’Anjou (Isaura) at the Festival della Valla d’Itria in Martina Franca under Fabio Luisi; Cherubino in Le Nozze di Figaro at the Teatro Lirico in Cagliari; Caldara’s La morte di Abel at the Purtimiro Festival in Lugo under Rinaldo Alessandrini; Leo’s L’Olimpiade at the Teatro San Carlo in Naples and Landi’s La morte di Orfeo in Amsterdam under Rousset.
Plans include: Andromaca in Hasse’s Enea in Caonia in Rome (Teatro di Villa Torlonia) besides Vivica Genaux; Rosina in Il Barbiere di Siviglia (concert version) with the Jönköpings Sinfonietta; Medoro in Vivaldi’s Orlando furioso in Moscow and Eduige in Haendel’s Rodelinda in Santiago del Chile.

Artavazd SARGSYAN
ténor

Diplômé du CNR de Lille, Artavazd SARGSYAN entre à l'Ecole Normale de Musique de Paris, grâce au soutien de la SPEDIDAM.
Artiste en résidence au CMBV.
Sur scène, il interprète les rôles de Ferrando (Così fan tutte, Mozart), Don Ottavio (Don Giovanni, Mozart), Don Ramiro (La Cenerentola, Rossini), Le pêcheur (Guillaume Tell, Rossini), Lindoro (L’italienne à Alger, Rossini), Bertrando (l’inganno felice, Rossini), Albazar (Le turc en Italie, Rossini), Le Chevalier Belfiore (Le Voyage à Reims, Rossini), Nemorino (L'Elixir d'Amour, Donizetti), Arturo (Lucia di Lammermoor, Donizetti), Daniel (Le Châlet, Adolphe Adam), Teseo (Fedra, Paisiello), Rodrigue (Chimène ou Le Cid, Sacchini), Strozzi (La Reine de Chypre, Halévy)…
Sur les scènes comme: Teatro Massimo Bellini de Catania, Opéra de Massy, Opéra de Metz, Opéra de Lille, Royal Concertgebouw d’Amsterdam, Opéra Garnier à Paris, Théâtre des Champs-Elysées, Opéra Royal de Versailles, Opéra de Limoges, Opéra de Reims, Théâtre de Compiegne, Festival Rossini de Bad Wildbad…
Avec des chefs, tels que Antonino Fogliani, José Miguel Pérez-Sierra, Ulf Schirmer, Jean-Claude Malgoire, Hervé Niquet, David Stern, Christophe Rousset, Nicholas McGegan, Jérome Correas, Julien Chauvin, Jérémie Rhorer…